Lambres infos Mai 2012

4042012

Le budget 2012 a été adopté lors du dernier Conseil Municipal. Ce budget nous l’avons voté  même si  nous ne partagions pas toutes les propositions ou que nous ne les trouvions pas assez volontaristes. Nous l’avons voté car il prévoit  dans les priorités des actions que nous avons toujours soutenues :

  •         Poursuite du programme d’amélioration de la circulation, particulièrement des piétons et des cyclistes, bien que  nous  considérions  qu’il n’est pas assez volontaire (mise en sens unique de certaines rues, véritable « trame » piétonne et cycliste permettant de relier l’ensemble des quartiers).
  •         Maintien  des efforts  en matière d’économies d’énergies
  •         Soutien à la vie associative : certaines  villes voisines ont diminué les subventions aux associations, ce n’est pas le cas pour  Lambres qui a prévu uniquement le gel des montants pour 2012. Cependant pour quelques associations qui emploient des  salariés, ce gel a un effet mécanique de baisse de la partie fonctionnement  la priorité étant naturellement donnée à l’évolution des salaires. Cette « baisse »  aura des répercussions sur les actions éducatives et culturelles. Il est important de répéter que c’est en grande partie le tissu associatif qui assure le lien social et par conséquence la cohésion sociale, cohésion sociale fortement remise en cause depuis plusieurs années par le gouvernement actuel.
  •         Maintien de la politique d’action sociale :  là aussi nous pensons  qu’en période de crise des efforts plus importants auraient pu  être faits envers les personnes démunies et en situation très précaire bien sûr, mais aussi en direction des familles aux revenus faibles par exemple par des aides financières plus conséquentes  pour l’accès aux activités associatives à l’heure où la Caisse d’Allocations Familiales supprime les bons « CAF ».   

Nous regrettons que l’équilibre budgétaire n’ait pu se faire sans une augmentation même limitée de la taxe d’habitation.

Nous resterons bien évidemment vigilants quant aux engagements pris par la municipalité

A l’heure où nous écrivons  ces lignes,  le résultat des élections présidentielles n’est pas connu, mais nous ne pouvons que nous réjouir du taux de participation du premier tour. Alors que Nicolas Sarkozy était très largement en tête en 2007, les Lambrésiennes et les Lambrésiens ont cette fois placé François Hollande à la première place; les voix de la gauche ont progressé de manière importante passant de 34 à 41  % ; ces résultats sont très encourageants pour le deuxième tour.

L’actualité et les déclarations de la Banque Européenne ou de l’Allemagne montrent qu’il est absolument nécessaire  d’intégrer la croissance dans le pacte européen. C’est bien l’ultra libéralisme et les financiers sans scrupules, et non les politiques sociales  qui ont en grande partie engendré la crise. D’ailleurs la France, réputée comme ayant une protection sociale très élevée, ne s’en sort-elle pas mieux que les autres pays d’après le Président-Candidat ? Beaucoup de responsables se rendent compte que les politiques appliquées jusqu’à ce jour mènent au chaos et que les menaces de révoltes populaires sont réelles.

Dans ce contexte le vote « extrême » nous pose question dans une ville comme la nôtre. A part pour une toute petite fraction de la population qui se manifeste régulièrement par des graffitis et des comportements racistes, les thèses et les propositions xénophobes ne peuvent répondre aux inquiétudes légitimes des électrices et des électeurs qui se sont exprimés dans ce sens. Certes la fermeture « sans bruit » du commissariat de lambres, que nous déplorons, peut renforcer le sentiment d’insécurité de certains, alors que la police de proximité avait démontré son efficacité ; bien sûr que  nous sommes conscients que la situation des familles en situation précaire est insupportable, mais il est faux de croire qu’elle est générée par les étrangers et les personnes « assistées ».  La solution ne peut venir que d’une relance de l’activité. Des efforts seront nécessaires mais pas au détriment de la croissance et encore moins au détriment de l’ensemble des personnes déjà gravement touchées par la crise, dans laquelle elles ne sont pour rien,  des familles aux faibles revenus mais aussi des classes dites «  moyennes ».

Même si nous sommes confiants pour le deuxième tour, nous espérons qu’une majorité de Lambrésiens et de Français auront choisi le Changement.

Les élus de la liste « pour une ville à vivre ensemble »

Nous vous invitons à continuer à nous faire part de vos remarques et à nous contacter : Jean-Luc DUCOIN 06 50 17 58 85 – jeanlucducoin@gmail.com – Marie-Pierre SION mariepierre.sion@free.fr –  Claude DESUMEUR  03 27 98 32 03 desumeur.claude@sfr.fr;

 




LAMBRES INFOS DECEMBRE 2011

20112011

A l’approche de cette fin d’année la préoccupation de chacun concerne avant tout la situation économique et sociale. Quelle que soit notre situation personnelle, pour  la plupart d’entre nous,  l’inquiétude s’est transformée en angoisse pour l’avenir et surtout  celui de la jeunesse qui représente le seul futur de notre société.

 La crise n’est pas la seule responsable de la situation française. Dix ans de cadeaux fiscaux pour les plus riches et de mesures anti sociales ont fortement  contribué à la dégradation de la vie de beaucoup de Français.  Alors que des financiers spéculent très légalement sur les déficits, on stigmatise de manière indigne les bénéficiaires du RSA ou les malades. Tous les détournements doivent être combattus, mais la fraude à la TVA et au paiement des cotisations sociales représentent   80 % du montant estimé à plus de 40 milliards avec la fraude fiscale. Cent euros donnés sous forme d’allocation sociale partent directement dans l’économie (souvent locale) mais  cent mille euros de cadeau fiscal partent … au Lichtenstein ou au Luxembourg !      

2012 doit être l’occasion du changement, même si les marges de manœuvres sont faibles d’autres choix économiques et environnementaux sont possibles pour limiter l’impact de la crise. A cette occasion nous souhaitons remercier les électeurs et les électrices Lambrésiens qui se sont déplacés à l’occasion des primaires citoyennes du Parti Socialiste. A Lambres, comme dans le Douaisis, Martine Aubry  est arrivée très largement en tête.

Sur le plan communal nous ne pouvons que nous associer aux décisions du Conseil Municipal concernant l’amélioration du stationnement  en centre ville à proximité des commerces ou services. Ces travaux devraient  améliorer  la circulation et  la sécurité des piétons. Mais il reste encore beaucoup à faire dans les quartiers.

Même si nous condamnons fermement les quelques délits qui ont été constatés dans le cimetière et si nous comprenons la colère et la peine des familles victimes de vol de fleurs ou de plaques,  nous nous sommes prononcés contre le projet de vidéo surveillance  dans ce lieu. Aucune étude sérieuse ne prouve l’efficacité de ce type d’investissement, sauf quand il y a possibilité d’intervention directe comme pour la surveillance des stades ou de la circulation.

Quelles qu’en soient les raisons, nous ne pouvons que regretter la cessation d’activité du primeur « La Lambrésienne » qui avait su se créer une clientèle fidèle.  La complémentarité des commerces mais aussi une diversité de choix  ne peuvent que contribuer au dynamisme du tissu économique et commercial d’une ville comme la nôtre. 

A l’approche de cette fin d’année et malgré la morosité, nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de Noel et Nouvel An.

                                                                                                                                                              Les élus de la liste « pour une ville à vivre ensemble »

Nous vous invitons à continuer à nous faire part de vos remarques et à nous contacter : Jean-Luc DUCOIN 06 50 17 58 85 – jeanlucducoin@gmail.com – Marie-Pierre SION mariepierre.sion@free.fr –  Claude DESUMEUR  03 27 98 32 03 claude.desumeur@sfr.fr

 




L’ECOLE DE DEMAIN

5042011

Diaporama très intéressant qui analyse les différentes réformes de l’école.

Désolé il faut cliquer sur l’icone « diaporama » pour le démarrer (en bas à droite icone « petit écran »)

ecolededemain.pps




Lambres Infos Janvier 2010

6012010

En ce début d’année 2010, les Elus de la liste « Pour une ville à vivre ensemble » sont heureux de vous présenter leurs meilleurs vœux de santé et de bonheur. Même si  2010 ne sera pas une année de reprise de l’activité pour le Douaisis, notamment  dans l’automobile, nous espérons que tout sera mis en place pour sauvegarder l’emploi  et éclaircir l’avenir de beaucoup de salariés, plus particulièrement celui des jeunes. De plus la suppression de la taxe professionnelle et son remplacement par une nouvelle taxe dont on ne connaît pas bien la pérennité,  a de quoi inquiéter les Elus gestionnaires de la CAD par ailleurs soutien de la majorité présidentielle. Il faut noter qu’une part de la taxe professionnelle a permis l’implantation de zones d’aménagements concertés qui ont bénéficié aux entreprises.

La semaine du développement durable qui se déroulera à la MJC début avril, sera certainement l’occasion d’évoquer le projet  d’ « éco quartier » des Marlières.Il nous semble essentiel  qu’en dehors de l’aménagement paysager et du respect des normes de haute qualité environnementale, l’activité économique, la qualité de vie et l’intégration sociale soient pris en compte dans toutes leurs dimensions. On ne peut concevoir un tel quartier sans avoir une réflexion poussée  sur l’implantation de commerces de proximité, sur la continuité de ce quartier avec le centre ville et les moyens de se déplacer en transport en commun. Il est urgent de repenser, de manière globale, les plans de circulation urbaine, l’implantation des garages et des parkings. Il faut permettre aux enfants de  jouer sans danger devant leur maison  sous l’œil des parents discutant avec les voisins, redonnant ainsi du lien social qui s’est fortement dégradé.

A Lambres comme ailleurs, malgré des travaux récents,  la voiture reste omniprésente et envahit les trottoirs.  Dans beaucoup de secteurs il reste très difficile de circuler à pieds pour les personnes âgées, les handicapés, les parents avec une poussette, ou tenant leurs enfants par la main. Plusieurs riverains de la rue Jean-Baptiste LEBAS, dont certains ont échappé de peu à des accidents  corporels, souhaitent qu’une réflexion soit menée sur la mise en sens unique de la rue.

2010 sera une année politique importante avec les élections régionales. Une polémique sur l’augmentation des impôts locaux a été lancée par la majorité présidentielle. Il est important de rappeler que la Région ne prélève une taxe que sur l’impôt foncier, qui ne concerne donc que les propriétaires. Pour le Nord Pas de Calais, malheureusement, moins d’un foyer sur deux est propriétaire de son habitation. Depuis 2000 la taxe est passée de 2,98% à 3,83 % soit moins de 2 euros par an et par foyer pour une maison lambrésienne moyenne.  Dans le même temps la taxe ordures ménagères est passée de 0,4 % à 4,9 %  soit une augmentation de 37 euros sur 6 ans pour la même habitation.

Promettre de ne pas augmenter les impôts c’est promettre de ne pas investir pour notre avenir car la région est très présente dans notre vie quotidienne au travers des transports, de l’Education, de l’économie, de la formation professionnelle, du Sport, de la Culture, de l’activité portuaire…

A toutes et à tous : Bonne et heureuse année 2010




«La taxe professionnelle n’influe qu’à la marge sur les délocalisations»

7022009

Voir les pages en partie droite

Libération le 7 février 2009

ENTRETIEN

L’économiste Olivier Bouba-Olga revient sur l’annonce de la suppression de la taxe professionnelle dès 2010. Une mesure pas si efficace selon lui.

Sylvain MOUILLARD

 

Du Sarkozy dans le texte. Le président de la République s’est livré, hier soir, à un exercice dans lequel il excelle: faire des annonces. «On supprimera la taxe professionnelle en 2010 parce que je veux que l’on garde des usines en France», a notamment expliqué le chef de l’Etat.

Interrogé sur le coût de cette mesure, il a avancé le chiffre de 8 milliards d’euros. Un montant bien éloigné de ce que versent réellement les entreprises au titre de la taxe professionnelle: 25,5 milliards d’euros en 2006, selon la Commission permanente de concertation pour l’industrie (CPCI).

A la mi-journée, Bercy a confirmé et détaillé le chiffre de 8 milliards. Dans la presse, les interprétations diffèrent. Selon Le Figaro, ces 8 milliards d’euros «correspondent en réalité au coût pour le budget de l’État du plafonnement de cette taxe à 3,5 % de la valeur ajoutée décidé en 2005». Pour Le Monde, l’Elysée souhaiterait supprimer la partie de la taxe professionnelle assise sur les biens consacrés à la production. Quoi qu’il en soit, la suppression de la taxe professionnelle ne sera pas totale.

Mais au-delà de ces interrogations sur les montants, d’autres questions subsistent, notamment sur le bien fondé économique d’une telle mesure. Entretien avec Olivier Bouba-Olga, économiste à l’université de Poitiers et participant au blog les éco-comparateurs sur liberation.fr.

Nicolas Sarkozy a présenté la suppression de la taxe professionnelle (TP) comme une arme anti-délocalisations. Qu’en pensez-vous?
C’est un bel effet d’annonce, mais ce n’est que du marketing politique. Présenter la suppression de la TP comme un moyen de lutter contre les délocalisations, c’est bien plus vendeur aux yeux de l’opinion publique. En réalité, il s’agit surtout de baisser les charges des entreprises.

La fin – même partielle – de la TP peut-elle toutefois avoir un impact sur les délocalisations?
La fiscalité, et en particulier la TP, ne joue qu’à la marge sur les choix de localisation. Il y a d’autres déterminants plus importants pour les entreprises, comme la demande sur un marché, ou le coût de la main d’oeuvre. La France est le deuxième pays de l’Union Européenne qui reçoit le plus d’investissements étrangers (derrière le Royaume-Uni). Les entreprises viennent y chercher une localisation stratégique, au coeur du marché européen, mais aussi des savoir-faire, des compétences.

Que pensez-vous du discours général tenu sur les délocalisations?
Les politiques ont tendance à instrumentaliser la mondialisation. Une étude de l’Insee en 2005 montrait que les délocalisations ne représentaient que 10% des emplois détruits dans l’année, soit environ 13.500 postes. Mais je ne nie pas que ces suppressions d’emplois peuvent faire très mal localement.

Y-a-t-il d’autres pistes permettant de lutter contre les délocalisations?
Dans certains cas, les délocalisations sont assez inévitables. L’enjeu n’est pas de les interdire, mais d’accompagner les gens qui perdent leur emploi. Il faut insister sur la formation et la mobilité géographique des travailleurs.

Pour compenser la suppression de la TP, Nicolas Sarkozy a évoqué une taxe carbone. Cela est-il réaliste?
La suppression de la TP va poser d’énormes problèmes aux collectivités locales (ndlr: selon le rapport Fouquet de 2004, la TP constitue 16% des ressources des collectivités locales). La taxe carbone évoquée va cibler les secteurs polluants, notamment les bassins industriels, déjà les plus touchés par la crise. Elle risque donc de porter sur les entreprises les plus délocalisables, l’inverse de l’effet recherché. Autre aspect: si la taxe carbone fonctionne bien et si les entreprises s’efforcent de diminuer leur pollution, cela va réduire les rentrées fiscales pour les collectivités locales.




 » L’appel des appels »

23012009

Libération  23 janv. 6h51

«L’Appel des appels»

  «Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des pouvoirs publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses des réformes hâtivement mises en place ces derniers temps. A l’Université, à l’école, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions. Au nom d’une idéologie de « l’homme économique », le pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois « naturelles » du marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue. Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette maintenant en « faillite » le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information et la culture. Nous appelons à une Coordination nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris.»




Lambres infos janvier 2009

9012009

 A l’aube de cette nouvelle année, les Elus de la liste « Pour une ville à vivre ensemble » vous  présentent leurs meilleurs vœux, et avant tout des vœux de bonne santé pour chacun d’entre vous et ceux qui vous sont chers. Traditionnellement la santé est associée au travail, cette tradition est on ne peut plus d’actualité en ce début d’année 2009. Notre vœu le plus cher est que la crise ait le moins possible d’impacts sur l’économie locale et notamment sur l’industrie automobile dont dépend une grande partie des salariés et des finances du Douaisis.

En ces temps de restriction et d’économie annoncées par les collectivités locales, il aurait été souhaitable que les dépenses associées aux cérémonies des vœux soient fortement réduites, voire supprimées, et consacrées à des actions à caractère plus social ou économique. Ce choix n’a pas été fait par la Municipalité, nous le regrettons  même si  c’est le cas pour d’autres villes du Douaisis et la Communauté d’Agglomération.

Nous adressons des vœux tout particuliers aux Lambrésiens qui se sont lancés ou se lancerons cette année dans de nouveaux projets professionnels ou commerciaux.

Durant cette année 2009, nous continuerons à participer de manière active aux travaux du Conseil Municipal, tout en assumant notre rôle d’opposant. Elus de Gauche, plus que jamais  nous serons à l’écoute des Lambrésiens et des Lambrésiennes qui sont dans une situation difficile et précaire.

A toutes et à tous nous souhaitons une

 

Bonne Année 2009

 

Le blog des Elus Pour une ville à vivre ensemble : http://villeavivreensemble.unblog.fr/

 

Nous vous invitons à continuer à nous faire part de vos remarques et à nous contacter : Jean-Luc DUCOIN 06 84 70 28 86 – ducoinjeanluc@aol.com – Marie-Pierre SION mariepierre.sion@free.fr -  Claude DESUMEUR  03 27 98 32 03 claude.desumeur@sfr.fr




De plus en plus de Millionaires!!

1122008

  Le Figaro.fr  

  

Encore plus de millionnaires

Avec ses 389.000 fortunés, la France est cinquième au classement mondial.
Avec ses 389.000 fortunés, la France est cinquième au classement mondial. Crédits photo : Réa

389.000 Français font désormais partie du club des grandes fortunes financières de la planète, un chiffre en hausse de 6% en 2006.

De plus en plus de Millionaires!! dans Divers presse et politique nationale coeur- Pour les grandes fortunes mondiales, le cru 2006 aura été une excellente année. Ils sont près de 390.000 en France à détenir une fortune financière privée dépassant le million de dollars (725.000 euros) en 2006. Un chiffre en augmentation de 6% pour rapport à l’année précédente, soit 22150 de plus selon le 11ème «World Wealth Report» publié par Merrill Lynch et Capgemini. Au niveau mondial, le nombre des particuliers fortunés a progressé de 8,3% en 2006 et s’élève désormais à 9,5 millions. Leurs avoirs financiers ont augmenté de 11,4% pour atteindre 37200 milliards de dollars (26956 milliards d’euros) en 2006. Pour les plus riches que riches, ceux dont la fortune financière privée hors résidence dépasse les 30 millions de dollars (21,8 millions d’euros), leur nombre a augmenté de 11,3 %. Ce club fermé des très grandes fortunes compte aujourd’hui près de 95000 privilégiés.
Pourquoi ils s’enrichissent ? D’après le rapport, l’augmentation rapide du nombre de millionnaires s’explique par l’accélération de la croissance du PIB et des capitalisations boursières. Les placements dans les fonds d’investissement immobiliers et les sociétés d’investissement immobilières cotées, très performants l’an dernier, prennent aussi une place plus importante dans les portefeuilles des fortunés. Singapour et l’Inde enregistrent la plus forte croissance du nombre de millionnaires avec respectivement 21,2% et 20,5%.
Merrill Lynch et Capgemini analysent pour la première fois dans leur rapport, les dons de charité. Près de 285 milliards de dollars (192 milliards d’euros) ont été consacrés à des causes philanthropiques en 2006, soit 0,77% de la totalité du patrimoine financier des millionnaires.







Le blog de Pierre Roche : ... |
aijfcameroun |
liberté |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | globule rouge
| azizgueye
| Parti Socialiste de Narbonne